Expérimentation florale


La première étape d’expérimentation des Tournefleurs s’est déroulée en 2002-2003. Elle consistait à analyser sur le papier la construction d’un graphisme en rosace pour le retranscrire ensuite sur le terrain.

Le choix d’un dessin complexe permettait d’étudier, en amont de la réalisation finale, toutes les difficultés auxquelles le projet pourrait être confronté en termes d’esthétique, de lisibilité et de proportions.


Il s’est donc avéré que pour être pertinent, le graphisme une fois reproduit en plantation doit être simple et utiliser une gamme réduite de coloris (maximum 4 nuances).

Pour éviter une esthétique trop typée “parterre municipal” il faudrait s’orienter vers des associations de plantes originales et jouer avec différentes hauteurs.


La figure suivante, expérimentait la sobriété des formes et mettait l’accent sur l’imbrication des couleurs.


Suite à la réalisation de ces deux parterres fixes (sans système de déambulation), on a pu constater que la lisibilité n’est probante que depuis une hauteur et que d’autre part, le public n’était pas impliqué et resterait passif.


Mourka a donc retravaillé sur les dessins afin de proposer un tracé moins concentré, avec une ouverture qui permette de circuler parmi les fleurs en mouvement. C’est en tenant compte de tous ces paramètres et des conseils de Dominique d’Heygère, responsable horticole du Château de Compiègne, que seront réalisés les parterres animés finalisés.